La fureur des hommes Painting by Brenar de Croy

view additional image 1
Les hommes.

Copulateurs compulsifs, toujours capables du pire, quelquefois du meilleur. Habiles dans le meurtre, la torture et la haine, ils sont capables pour un avantage, une supériorité, un privilège de se transformer en traître et de vous vendre pour une bouchée de pain. Appuyés sur une table de bistrot ou présidentielle, les fondamentaux sont toujours les mêmes. Je vois leurs détresses dans leurs yeux, privés du sens de la vie à la naissance, exclus de la plénitude, ils n’ont qu’un moyen d’expression venu des cavernes, la domination.


Leurs phallus toujours trop courts les obligent à construire haut, à se déplacer bruyamment, à mesurer toute chose et toute situation. Leurs compagnes dans la majorité des cas ne sont pas considérées comme des êtres humains mais comme des femelles destinées à détourner la frayeur de leur naissance.

Ils aiment le groupe, la horde, ils ont moins peur de leurs lâchetés. Ils marchent au pas, organisent dans tous les domaines la domination en strates grotesques, ils se donnent des lois, des sanctions, des morales et des indignations indignes.



Je les vois à l’œuvre chaque jour, assoiffés de pouvoir et de cupidité, trahissant, volant, massacrant, pétris d’envies et d’orgueil, regardant avec cynisme leurs prochaines victimes. 

Le jour de ma mort que je souhaite le plus tard possible, je serai sûrement un peu triste, mais j’aurai le secret espoir, si cela existe, de revenir sur terre en femme et en lesbienne.
Les hommes.

Copulateurs compulsifs, toujours capables du pire, quelquefois du meilleur. Habiles dans le meurtre, la torture et la haine, ils sont capables pour un avantage, une supériorité, un privilège de se transformer en traître et de vous vendre pour une bouchée de pain. Appuyés sur une table de bistrot ou présidentielle, les fondamentaux sont toujours les mêmes. Je vois leurs détresses dans leurs yeux, privés du sens de la vie à la naissance, exclus de la plénitude, ils n’ont qu’un moyen d’expression venu des cavernes, la domination.


Leurs phallus toujours trop courts les obligent à construire haut, à se déplacer bruyamment, à mesurer toute chose et toute situation. Leurs compagnes dans la majorité des cas ne sont pas considérées comme des êtres humains mais comme des femelles destinées à détourner la frayeur de leur naissance.

Ils aiment le groupe, la horde, ils ont moins peur de leurs lâchetés. Ils marchent au pas, organisent dans tous les domaines la domination en strates grotesques, ils se donnent des lois, des sanctions, des morales et des indignations indignes.



Je les vois à l’œuvre chaque jour, assoiffés de pouvoir et de cupidité, trahissant, volant, massacrant, pétris d’envies et d’orgueil, regardant avec cynisme leurs prochaines victimes. 

Le jour de ma mort que je souhaite le plus tard possible, je serai sûrement un peu triste, mais j’aurai le secret espoir, si cela existe, de revenir sur terre en femme et en lesbienne.
Les hommes.

Copulateurs compulsifs, toujours capables du pire, quelquefois du meilleur. Habiles dans le meurtre, la torture et la haine, ils sont capables pour un avantage, une supériorité, un privilège de se transformer en traître et de vous vendre pour une bouchée de pain. Appuyés sur une table de bistrot ou présidentielle, les fondamentaux sont toujours les mêmes. Je vois leurs détresses dans leurs yeux, privés du sens de la vie à la naissance, exclus de la plénitude, ils n’ont qu’un moyen d’expression venu des cavernes, la domination.


Leurs phallus toujours trop courts les obligent à construire haut, à se déplacer bruyamment, à mesurer toute chose et toute situation. Leurs compagnes dans la majorité des cas ne sont pas considérées comme des êtres humains mais comme des femelles destinées à détourner la frayeur de leur naissance.

Ils aiment le groupe, la horde, ils ont moins peur de leurs lâchetés. Ils marchent au pas, organisent dans tous les domaines la domination en strates grotesques, ils se donnent des lois, des sanctions, des morales et des indignations indignes.



Je les vois à l’œuvre chaque jour, assoiffés de pouvoir et de cupidité, trahissant, volant, massacrant, pétris d’envies et d’orgueil, regardant avec cynisme leurs prochaines victimes. 

Le jour de ma mort que je souhaite le plus tard possible, je serai sûrement un peu triste, mais j’aurai le secret espoir, si cela existe, de revenir sur terre en femme et en lesbienne.
VIEW IN MY ROOM

View In A Room

fullscreen

View Fullscreen

heart

Add to Favorites

View In My Room

VIEW IN MY ROOM

View In My Room

VIEW IN MY ROOM

La fureur des hommes

Brenar de Croy

Switzerland

Painting

Size: 55.1 W x 68.9 H x 1.6 D in

Ships in a Crate

info-circle

check Shipping included

check 7 day money-back guarantee

info-circle
star-fullstar-fullstar-fullstar-fullstar-full Trustpilot Score

174

Views

1

Favorites

About The Artwork

Les hommes. Copulateurs compulsifs, toujours capables du pire, quelquefois du meilleur. Habiles dans le meurtre, la torture et la haine, ils sont capables pour un avantage, une supériorité, un privilège de se transformer en traître et de vous vendre pour une bouchée de pain. Appuyés sur une table de bistrot ou présidentielle, les fondamentaux sont toujours les mêmes. Je vois leurs détresses dans leurs yeux, privés du sens de la vie à la naissance, exclus de la plénitude, ils n’ont qu’un moyen d’expression venu des cavernes, la domination. 
Leurs phallus toujours trop courts les obligent à construire haut, à se déplacer bruyamment, à mesurer toute chose et toute situation. Leurs compagnes dans la majorité des cas ne sont pas considérées comme des êtres humains mais comme des femelles destinées à détourner la frayeur de leur naissance.

Ils aiment le groupe, la horde, ils ont moins peur de leurs lâchetés. Ils marchent au pas, organisent dans tous les domaines la domination en strates grotesques, ils se donnent des lois, des sanctions, des morales et des indignations indignes. 

Je les vois à l’œuvre chaque jour, assoiffés de pouvoir et de cupidité, trahissant, volant, massacrant, pétris d’envies et d’orgueil, regardant avec cynisme leurs prochaines victimes. 

Le jour de ma mort que je souhaite le plus tard possible, je serai sûrement un peu triste, mais j’aurai le secret espoir, si cela existe, de revenir sur terre en femme et en lesbienne.

Details & Dimensions

Multi-paneled Painting:Oil on Canvas

Original:One-of-a-kind Artwork

Size:55.1 W x 68.9 H x 1.6 D in

Shipping & Returns

Delivery Time:Typically 5-7 business days for domestic shipments, 10-14 business days for international shipments.

Thousands Of Five-Star Reviews

We deliver world-class customer service to all of our art buyers.

globe

Global Selection

Explore an unparalled artwork selection by artists from around the world.

Satisfaction Guaranteed

Our 7-day, money-back guarantee allows you to buy with confidence.

Support An Artist With Every Purchase

We pay our artists more on every sale than other galleries.

Need More Help?

Enjoy Complimentary Art Advisory Contact Customer Support